Ulysse Gry : le dessin comme moyen d’expression


Publié le 13{th} avril 2015 dans "" | Rédigé par Baptiste Cordier

Dessin Ulysse Gry
Dessin Ulysse Gry

Ulysse Gry a commencé à dessiner sur l’actualité à Sciences Po Toulouse.

Pour se présenter, Ulysse Gry vous ferait bien un dessin. Car ce diplômé de Sciences Po Toulouse, graphiste pour le site Web de Canal+, est aussi dessinateur de presse. Un passion dont il essaye petit à petit de faire son métier.

L’attentat en Tunisie, les frasques de Zlatan Ibrahimović, le bureau de Mathieu Gallet ou encore l’éclipse solaire sont autant de thèmes qui l’ont inspiré ces dernières semaines. Ulysse Gry aime crayonner depuis longtemps, mais sa vocation de dessinateur de presse est née à Sciences Po Toulouse. « Mes premiers dessins d’actualité, c’est Caractères, le journal de l’IEP, qui les a publiés, raconte ce diplômé de la promo 2010. Lors des émeutes dans les banlieues à l’automne 2005, le dessin m’a permis d’exprimer les idées que j’avais en tête. »

Parcours
• Novembre 1987 : Naissance à La Rochelle (Charente-Maritime)
• 2005-2010 : Études à Sciences Po Toulouse
• 2010 : Entre au site Web de Canal+
• 2012/2013 : Dessinateur pour l’émission La Matinale sur Canal+
• 2015 : Graphiste et dessinateur pour le site Web de Canal+

Il dessinait depuis des années déjà, mais plutôt des bandes dessinés. « C’est mon grand frère qui a commencé et à l’époque je l’imitais tout le temps. Depuis, lui a arrêté mais moi j’ai continué. »

La machine à dessiner est lancée… En 2007/2008, pendant son année de mobilité, après un premier semestre à l’université de Guadalajara, la deuxième ville du Mexique, il part au Canada pour un stage au journal L’Express de Toronto. « Je suis passé de 30°C au mois de décembre à -30°C en janvier ! Mais j’ai eu l’occasion de publier quelques dessins. »

À la fin de ses études à Sciences Po Toulouse, après quelques semaines en master de psychosociologie, il décroche un stage au site Web de Canal+, via un camarade croisé rue des Puits Creusés. Il est chargé d’alimenter la partie Cinéma et réalise très vite quelques dessins. À la rentrée suivante, en septembre 2011, il devient graphiste, toujours pour le site de Canal+. Un poste qu’il occupe encore trois ans et demi plus tard, tout en gardant du temps pour dessiner.

En décembre 2012, repéré par l’antenne de la chaîne crypté, il commence à collaborer à l’émission La Matinale. « Je devais fournir deux dessins par jour, à envoyer la veille au soir, se souvient-il. Je regardais l’émission tous les jours pour observer les réactions des invités, des personnalités politiques notamment. » À la rentrée 2013, l’émission quotidienne s’arrête. Ulysse Gry collabore alors à mi-temps avec Darewin, une agence de social TV qui travaille sur les interactions autour des programmes télé sur le Web. « Là-encore, c’est le même copain de Sciences Po qui m’a proposé ce travail », sourit-t-il. Ce Rochelais d’origine était pourtant entré à Sciences Po Toulouse par hasard : « j’avais tenté le concours commun dans l’espoir d’aller à Rennes. Finalement, j’ai adoré Toulouse, une ville humaine et belle. Et j’ai gardé contact avec plusieurs amis de ma promo. »

« Marcher dans la rue pour trouver l’inspiration »

« Le dessin, c’est l’alliance entre la réflexion et la création », estime Ulysse Gry. Le résultat doit être efficace et compréhensible en un coup d’oeil. Pas toujours évidemment, surtout quand les sujets lourds font la une de l’actualité : l’inspiration est plus ou moins rapide. « Parfois, le dessin me vient dans la minute, parfois il faut toute la journée pour l’accoucher, en creusant avec des associations d’idées par exemple. Quand je manque d’inspiration, je pars marcher dans la rue… Mes voisins ont dû me prendre pour un fou quand je faisais régulièrement des tours du pâté de maison le soir à l’époque de La Matinale ! »

Depuis septembre dernier, Ulysse Gry est dessinateur pour clique.tv, le site d’informations fondé par Mouloud Achour, et fournit quelques dessins pour les parties Cinéma et Sport du site de Canal+. Tous ces dessins, ainsi que quelques inédits, il les publie sur son propre site Web et sur les réseaux sociaux. « C’est intéressant d’avoir des retours de la part des lecteurs. Et ça m’amuse quand mon dessin lance un débat enflammé entre les internautes ! »

Vivre un jour à 100 % du dessin

Quand il lui reste un peu temps, il travaille sur des projets personnels… en dessinant bien sûr. En 2012, il a ainsi illustré Cinecittà*, une fiction dans une ville italienne en carton-pâte conçue pour échapper à la crise économique. L’année suivante, il collabore à Iranorama, un web-documentaire coproduit par la chaîne France 24, où l’internaute peut incarner un journaliste en reportage en Iran. En ce moment, il travaille sur une BD digitale, conçue pour le Web et en partie animée.

Sur son compte Twitter, Ulysse Gry aime à se présenter comme un « jeune dessinateur de presse (qui) veut devenir (un) vieux dessinateur de presse ». « J’aimerais réussir à vivre un jour à 100 % du dessin, confie-t-il. Même s’il y a peu de postes de dessinateurs dans les médias, mon rêve serait d’intégrer une rédaction, Le Canard enchaîné en particulier. »

En janvier dernier, il a été particulièrement touché par l’attentat contre Charlie Hebdo. « J’étais sidéré face à cette lâcheté absolue. Un dessinateur comme Cabu a été un modèle et une source d’inspiration pour moi. »

* Cinecittà : manifeste anti-crise et pro-graisse, écrit avec Thomas Gayet, illustré par Ulysse Gry, éditions La Tengo

Conception & réalisation : Cereal Concept